La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

Connaissez-vous les effets secondaires de la danse latine?

Posted 10/1/2018

Par Francisco De La Calleja 

Tout a commencé de façon assez banale. Des touristes canadiens en vacances au Mexique et les Caraïbes sont revenus chez eux infectés par une étrange gamme de virus tropicaux. Non, pas de Malaria ou de Zika mais quelque chose de plus insidieux: Merengue, Bachata et Salsa. Sitôt arrivés, ces heureux touristes ont agi comme agents pathogènes et ils ont répandu leur maladie même à ceux qui n'ont jamais voyagé dans le sud. Aujourd'hui on parle d’une pandémie.

        On vit dans un monde cruel et dangereux, mais en tant que citoyens du Canada, nous avons l'habitude de confier aux autorités compétentes la tache de nous garder en sécurité ou, à tout le moins, de nous informer des possibles menaces à notre mode de vie. Je ne suis pas du genre à adhérer aux théories de complot, mais il y a des faits troublants tout autour de nous qui sont clairement l’effet de ce phénomène. On l'appelle la danse latine. Et ses effets sont intimidants.


        Prenons le cas de Clifford. Il  se décrit lui-même comme un homme réussi. Jeune, en forme et beau. De bonne famille. Bilingue, en plus. Il a plusieurs diplômes de toutes les bonnes universités. Une carrière florissante agrémentée d’un salaire de six chiffres. Il conduit d'une voiture allemande de l'année. Pourtant, Clifford ne se sent pas aussi bien que ce que sa page facebook pourrait laisser croire.


        « Ma dernière copine m'a quitté parce que je ne danse pas. Elle a dit que j'étais plat et ennuyeux. Moi!! Plat!!! Je peux danser mieux que la moyenne. Tout ce qu'il me faut, c'est quelques petits coups de tequila » Dit-il, la tristesse faisant trembler sa voix.


        Les professionnels de la santé mentale sont aussi ébranlés par cette tendance. « Presque tous les clients que je traitais pour la dépression ou l'anxiété ont réorienté leur thérapie lorsqu'ils ont commencé à apprendre les danses latines », nous a dit Rosie, une psychologue qui a également demandé l'anonymat. « C'est une réalité avec laquelle je dois composer tous les jours. »


        « Je dois travailler très fort ces jours-ci pour joindre les deux bouts », nous dit Rocky, un entraîneur professionnel dans un centre de conditionnement du centre-ville. « Les gens ne viennent tout simplement pas faire leur work-out aussi souvent qu'ils le faisaient autrefois. Mes propres amies préfèrent cette mode, la danse latine, prétendant qu'elles perdent les kilos et s'amusent! S'amusent!! Qu'est-il arrivé de travailler fort et de souffrir pour être belle comme autrefois ? »


        Fiona, dirigeante d'une société bien connue de cinéma payant et de streaming de télévision, s'est montrée défiante face à l’importante baisse récente des abonnements: « Les gens ne peuvent pas danser Salsa et Bachata vingt-quatre heures par jour. À un certain moment, ils devront s'asseoir devant leurs télévisions à haute définition. Mais nous cherchons à produire plus de contenu lié à la danse, en particulier la danse latine », a-t-elle ajouté, avant de demander l'anonymat.


        Suzy, agente de voyages, a pris toutes les mesures possibles pour survivre: « Je ne vends plus de destinations soleil, dit-elle. Les gens réservent encore des vacances à Cuba, au Mexique, en République Dominicaine, au Venezuela et en Colombie. Mais je vends des destinations de danse maintenant. Les consommateurs exigent que les hôtels soient situés à proximité de clubs de danse, et je parle ici des clubs de danse latine. Ils ne veulent pas se trouver coincés dans les resorts avec de la musique du type Boom-Boom-Boom. Alors je vends beaucoup de voyages à des complexes hôteliers situés près des clubs locaux ainsi que des croisières thématiques en danse latine. »


        Tout cela nous mène a poser des questions. Des ruptures amoureuses, diminution des revenus dans les industries de l'exercice et de la santé mentale, inquiétudes dans le secteur des télécommunications et des changements telluriques dans l’industrie du voyage. Tout cela comme une conséquence directe de la danse latine.


        Il se peut que le temps de paniquer ne soit pas encore là, mais des citoyens touchés par ce phénomène  peuvent se demander à juste titre ce que les autorités compétentes ont à dire. Pourtant, une recherche rapide sur les sites web de Santé Canada et du ministère provincial de la sécurité publique n'a décelé aucune mention de cette tendance inquiétante. On n’y trouve pas un seul mot sur la danse latine. Mystérieux en effet!


        Certes, la pratique de la danse latine reste légale dans ce pays et dans un passé récent a été même regardé favorablement par la plusieurs, en particulier les parents qui essayaient de convaincre leurs enfants et adolescents de lâcher les téléphones soit disant intelligents et les tablettes électroniques et faire de l'exercice et apprendre à socialiser. Il reste à voir si, en tant que société, nous sommes prêts à subir les effets secondaires de la danse latine en échange de ses bienfaits.


        Pour terminer, et sur un plan personnel, j’ai petit conseil pour vous au sujet de la danse latine: Si vous vous y touchez, c’est votre affaire mais s'il vous plaît, renseignez-vous comme il faut, et ne vous plaignez pas plus tard que vous n'étiez pas avertis.

 

Afin de protéger la vie privée des personnes concernées, tous les noms sont fictifs.

Partage sur tes réseaux sociaux