La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

 Cha-cha-cha

Le cha-cha-cha en tant que genre musical a été inventé au Silver Star Club de La Havane à Cuba au début des années 50 par Enrique Jorrín, violoniste et compositeur de l’Orchestre América, ce qui prouve que la relation entre musiciens et danseurs est une symbiose.

    Jorrín a remarqué que certains danseurs avaient des difficultés avec le rythme rapide de certains numéros de son, de danzón et de mambo. Il a donc créé des versions plus lentes, moins syncopées et plus mélodiques de ses meilleurs succès. Le résultat avait un attrait plus large, en particulier avec les danseurs occasionnels. Mais il a ensuite remarqué que les danseurs les plus chevronnés trouvaient la musique trop lente et syncopaient la fin des mesures pour remplir le temps en faisant un triple pas. L’orchestre a suivi les pas des danseurs en ajoutant des percussions supplémentaires pour donner naissance au son cha-cha-cha.

    Comme le Mambo dix ans plus tôt, cha-cha-cha est arrivé en Amérique du Nord en provenance de Cuba via le Mexique, où tous les orchestres latines de l’époque  allaient pour se faire un nom. Les orchestres Mambo l'ont adopté et c'est devenu un succès international. Le cha-cha-cha a périodiquement connu des montées en popularité depuis les années cinquante.

    En tant que danse, le cha-cha-cha est animé, percutant, élégant et surtout amusant. Étant donné qu’elle est très similaire au swing et à la salsa, il est très facile à apprendre. Bien que les puristes apprécient le son cubain classique, de nombreux danseurs apprécient la fusion du cha-cha-cha avec de la musique pop latine et même avec des arrangements de rock.